Nous sommes le:25/04/2019/21:42:12

L'histoire de la fille que personne n'appelait jamais par son prénom

11 February 2019 Author :  
Aller au contenu principal Recherche Rechercher facetwiter rss logo Notre devoir, vous informer! - Burkina Faso Main navigation Accueil On se détend Devant le tribunal Photos Vidéos Audios Le Café ZoodoIntimité Menu event FESPACO 2019 - 50 ANS International L'histoire de la fille que personne n'appelait jamais par son prénom Soumis par Redaction le ven 08/02/2019 - 08:01 Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp pren En 2005, Michel Sardou chantait "Dans les villes de grande solitude". En 2019, Leila Bouherrafa sort "La dédicace" chez Allary Editions. Un roman cynique, désespéré mais drôle sur ces gens qui vivent côte à côte à Paris sans jamais se regarder dans les yeux. L'amour de l'enfant qu'on a mis au monde n'est pas acquis. Je suis toujours triste le samedi soir car il me semble que le monde ne me laisse que deux options : la fête ou le suicide. Une jeune romancière désabusée est en panique à quelques jours de l'impression de son livre: elle ne sait pas à qui dédicacer son roman. Elle entreprend d'aller à la rencontre des gens qui l'entourent pour tenter de trouver celui ou celle qui mériterait de voir son nom en première page de son oeuvre. Leila Bouherrafa, 29 ans, sort son premier roman mais c'est à peu près le seul point commun qu'elle a avec son personnage. "Je vis à Paris, je suis très seule, mais j'aime bien l'être. C'est une solitude que je choisis. Je suis moins sociable qu'elle. Personnellement, même si elle voit toujours le verre à moitié plein, je la trouve optimiste et sociable. Je ne pourrais pas faire ce qu'elle fait, aller à la rencontre des autres comme ça. C'était jouissif de la faire rencontrer autant de gens." Elle se dit solitaire mais Leila enseigne le français dans une association qui accueille de jeunes réfugiés. Un job où la base est d'aller à la rencontre de l'autre. "Oui, mais dans un cadre précis. Ce n'est pas à vous de faire le premier pas." Leila avait envie d'écrire sur la difficulté de créer du lien dans des villes comme Paris. On croise dans "La Dédicace" un vandale qui fait ce qu'il fait juste pour qu'on s'intéresse à lui ou un vieux monsieur qui se rend à la boulangerie pour avoir un bref contact avec le monde extérieur. "Je ne pensais pas écrire un livre aussi violent" "Beaucoup de gens ne choisissent pas leur solitude", analyse Leila. "Elle, c'est une femme qui n'entend jamais son prénom et que personne n'appelle. Elle regarde tout le temps son portable mais il ne vibre jamais. On est dans un monde hyper connecté mais elle n'est connectée à personne." Même pas avec sa mère. Leila décrit le lien mère-fille avec une plume acérée. Certains s'en offusquent déjà dans les premières critiques parues en ligne. A croire qu'on n'a pas le droit de ne pas avoir d'atomes crochus avec sa génitrice. "Ce lien avec la mère est tellement mis à l'honneur dans la société et tellement idéalisé... On parle peu des relations moins glorieuses. Quand un enfant grandit, qu'il a ses propres aspirations, il faut aussi qu'il aime ses parents en retour. L'amour de l'enfant qu'on a mis au monde n'est pas acquis." "Je ne pensais pas écrire un livre aussi violent", avoue Leila. "Ce sont souvent des femmes qui le prennent personnellement. Des femmes qui ont des enfants. Elles ne supportent pas la façon dont je traite la mère du roman, l'indifférence de sa fille leur paraît insoutenable." source zoodomail
47 Views
Z Ghislain
Login to post comments
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…